Prayer Day 16

I pray for divine guidance
To show us the way
When we feel lost,
Tormented
Or in despair.

I pray for divine guidance
To remind us that
There is always a way
to find peace
Even in the most challenging times,
Because

P.E.A.C.E
is
in the N.O.W.

OM. AMEN. AMIN. I AM.

Advertisements

Prayer Day 15

I pray,
I pray and I pray,
And I keep praying,
I have faith that my prayers are heard.

I pray,
I pray and I pray,
And I keep praying,
From the outside, nothing has changed,
But deep inside nothing is the same.

I pray,
I pray and I pray,
And I keep praying,
Until I understand that what I seek is already there.

OM. AMEN. AMIN. I AM.

Créer le changement

Des fois on perd espoir,
Des fois on veut retomber dans l’espoir
Et croire aux miracles de la vie.

Croire que tout est possible,
Que même si on se trouve
Dans un gouffre où
On croit
Qu’on ne peut être repêché,
On peut s’en sortir.
Car une force insoupçonnable
Se réveille un jour
Comme par miracle
Ou par enchantement
Et décide de créer
Le changement.

On a beau passé
Des jours, des soirées
Voire des années
Dans cette obscurité
À cueillir le temps,
Il y a toujours cette
Lueur d’espoir
Qu’un jour
La vie nous prendra dans ses bras
Comme un enfant
Et voudra qu’on profite
De chaque instant.

La vie nous prend dans ses bras
Pour nous rappeler
Qu’on n’est pas seule,
Qu’elle veut nous voir
Prendre plaisir
Dans l’instant
Présent.

Cette abondance
Que l’on voit de toute part,
Ne surgit pas de nul part.

Elle est là,
Bien réelle,
Mais seul l’œil
Amoureux de la vie
Est capable
D’en percevoir
La beauté et
La magie.

J’admire l’être
Qui saisit l’instant.
Il le saisit par la force
Du cœur et le calme
De l’esprit.

J’admire l’être
Qui saisit cet instant,
Car il sait que rien
D’autre n’a autant de
Valeur que d’être ici.

J’admire cet être-là
Que je ne connais pas
Mais je sais
Qu’il est en moi.

Il est aussi bien chez toi.
Toi, qui doute
En cet instant là.

Il est aussi bien chez l’autre.
L’autre, qui se préoccupe
De son quotidien.

À quand le réveil
De cet être qui est en chacun de nous,
Cet être qui ne connaît pas la
Misère du temps,
Qui connaît l’existence de ses
Multiples dimensions qui
Transcendent l’espace temps.

À quand le réveil
De cet être qui incarne la grandeur
De l’âme et qui
Se retrouve dans toutes les
Autres âmes bénies
Par leur singularité.

À quand le réveil?

À quand l’éveil?

À quand l’éveil
De cette humanité qui se perd
Dans des guerres incessantes,
Dans une haine turbulente,
Et qui oublie que le mal
N’est autre que l’ignorance
Et l’attachement envers
Des valeurs corrompues
Et inexistantes.

À quand l’éveil
De cette humanité qui se perd
Dans l’effervescence de l’avoir,
Et qui oublie de respirer
L’air pur qui existe encore
Pour retrouver l’être,
Avant tout.

À quand un nouveau départ
Pour cette humanité?

Mais ce départ ne peut se faire
Dans l’individualité.

Ce départ se doit d’être
Communautaire.

Car le changement ne se fait pas
Dans l’isolement.

Le changement se fait dans
L’accompagnement,
Le soutien,
La présence,
La collaboration.

Le changement se fait
Quand on se tient la main,
Et on continue d’être
Le miroir de l’autre
Et d’accepter
Que cette humanité fait partie
De nous,
Alors autant faire partie d’elle
Et créer le changement.

Accepter celle que je suis

Face à la douleur,
Je me sens impuissante.

Je perds mon nord,
Je perds mon sens
De la bienveillance
Vis à vis de mon être.

Je ne trouve pas la compassion
Pour regarder ce qui se passe
En moi sans jugement.

Je ne trouve pas la compassion
Pour accepter cette épreuve
Telle qu’elle est.

Je m’obstine à m’autoblâmer
Et à me jeter des pierres
En clamant haut et fort
Que c’est mon sort et
Que je dois l’assumer.

J’aimerai me réveiller un matin
Et sentir
Du plus profond de mon cœur
Que c’est une nouvelle journée,
Qu’hier n’a jamais existé,
Que les questions que je me pose
Je ne me les poserai plus,
Que ce nouveau chapitre
Commence et que tous les
Autres chapitres qui ont précédé
N’étaient qu’une préface
À reconsidérer.

Face à la douleur,
Je me sens impuissante.

Je me sens perdue,
Je deviens impatiente
Car je ne sais plus quoi faire.

Demain n’a plus aucun sens.
Je ne me projette plus.

Je vis l’instant,
Dans la douleur.
Et j’oublie parfois qu’elle est là.
Mais elle y est encore.

Je la vis au quotidien
Depuis quelques temps.
Mais en réalité,
Elle a toujours été là
Et je ne m’en doutais pas.

J’ai ouvert la boîte de Pandore,
Sans savoir ce qui m’attend.
J’ai reçu de belles surprises,
Et de moins bonnes
Car chacune a son prix.

Y a-t-il une once de regret?
J’aimerai dire oui,
Et je continue de vivre dans le passé.

J’aimerai couper le lien avec ce passé.
Mais cela ne veut pas dire l’ignorer
Ou le nier.
Cela veut dire le regarder avec un
Détachement, en tant qu’observatrice
Animée par la curiosité de comprendre
La femme que j’ai été.

L’histoire ne sera plus à refaire,
Car j’ai compris la leçon.

La leçon c’est d’être soi-même.
La leçon c’est de s’accepter tel qu’on est.
La leçon c’est d’ouvrir son cœur
Et d’accepter le message qu’il nous envoie.

Car l’amour ne se donne pas, ne s’offre pas,
Ne se vend pas.
L’amour est,
Tout simplement.
L’amour est en soi.
Alors pourquoi le quémander, le chercher
Là où il ne se trouve presque pas?

Qui se refuse l’amour de soi?
L’être qui a perdu le sens du soi.
L’être qui a toujours existé à travers
Le regard d’autrui et
A construit son identité en incarnant
Un personnage semi-élaboré
Et faux de la tête au pied.

Plus j’avance dans mon cheminement
Plus je découvre une autre moi
Ou plutôt la vraie moi qui va à
L’encontre de l’image que j’ai de moi-même.

J’essaie de l’imaginer mais
Le jugement est toujours présent
Et m’empêche de voir la vérité.

Je ne demande qu’à être moi-même
Et en même temps j’ai peur
De la rencontrer.

J’ai peur de rencontrer celle que j’ai refusé
Car j’ai estimé qu’elle était indigne
D’exister.

J’ai peur de la rencontrer
Car j’ai peur de qui elle est,
De son pouvoir,
De son impact,
De son influence,
De sa confiance.

Il était plus rassurant pour moi
De jouer celle qui n’avait pas confiance,
Qui préférait se cacher,
Qui préférait la timidité,
La réserve pour avoir la paix.

Mais je n’ai jamais eu la paix.
Car j’étais dans un conflit interne permanent
Et même le personnage que je me suis
Créé, je ne l’aimais pas.
Bien qu’il soit discret, il était trop sage
Et trop ennuyeux à mon goût.

J’étais en quête de vie,
Mais ce n’était certainement pas
Avec ce personnage désincarné
Que j’allais trouver la vie.

La vie, je dois aujourd’hui
Me la donner,
En acceptant celle que je suis
Et en la laissant prendre
Le pouvoir sur sa vie.

Wild-Woman-5

                                                                                    Source

Prayer Day 12

May our days be blessed with a tender fragrance of love.

May our mornings be blessed with a peaceful song from birds.

May our evenings be blessed with a gentle reminder of “how magic our day has been”.

OM. AMEN. AMIN. I AM.